Attila le terrible

Publié le par Dog bless you

Je sonne… Tiens, tiens ! Pas d’aboiement derrière la porte. Un silence religieux. Etonnant, d’autant plus que je viens voir une « petite terreur » de 9 mois. La porte s’ouvre. Un homme affable m’accueille. La cinquantaine, une tête de chirurgien. J’aperçois par-dessus son épaule un appartement vaste et lumineux. Reluisant, même.  Tout est parfaitement à sa place. Etonnant, encore une fois. Pas le genre d’appartement dans lequel sévit un chiot en pleine crise d’ado. Et d’ailleurs, il est où, ce chiot ?

- Bonjour. Le « monstre » n’est pas là ?

- Si, si. Il est sur le balcon.

- Ah, très bien.

Parfois, les maîtres préfèrent isoler le chien dans une pièce quand on sonne à la porte, pour éviter les débordements. Dans ce cas, c’est sur le balcon. Soit.

Le maître m’invite gentiment à m’asseoir et commence à me parler de son incontrôlable chien destructeur. Un regard circulaire à l’appartement impeccable. Je griffonne sur ma fiche : « destructions ? ». Au bout d’un quart d’heure, j’interromps le monsieur :

- Comment s’appelle votre chien ?

- Attila.

Je plaisante :

- Il porte bien son nom !

Sourire du maître.

- Oui !

- On va peut-être le faire entrer, que je voie comment il se comporte.

- Ah non ! Dès qu’il entre, il fait des bêtises !

- Eh bien justement, ça serait l’occasion de voir comment on peut y remédier.

Je commence à me dire que ce chien passe le plus clair de son temps sur le balcon de 10 m carrés. Je persuade finalement le chirurgien de faire entrer l’éventreur de coussins. La bonne, que je n’avais pas encore remarquée, va ouvrir la porte du balcon, puis fait un bond sur le côté. Elle n’est visiblement pas très « chiens ». Le loubard arrive, frétillant. Un petit Welsh Terrier tout content de voir du monde. Je regarde en souriant ce petit bout de chien venir vers nous, quand le maître devient rouge :

- Ah ! Vous voyez ! Qu’est-ce que je vous disais !

- Euh, non, quoi ?

- Il a marché sur le tapis !!!

 

 

Je n’ai jamais revu Attila. Je pense qu’il vit encore sur le balcon, s’il n’est pas à la SPA…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

charles 24/12/2011 17:56

Dans des cas comme ça, vous ne vous inquiétez pas de ce que deviens le chien?
Vous ne prévenez pas les enquêteurs d'assoc (même de façon anonyme)?

les Scroumpfs 06/04/2010 13:42


j'espère presque pour lui qu'il est à la SPA !
enfin après... les SPA en France et ici en Suisse, ce ne sont malheureusement pas les mêmes... je suis bénévole dans un refuge, j'anime, entre autre, un groupe d'éducation pour les chiens à placer.
Du coup, on les connait bien et ils sont bien placés, en prenant le temps d'être sûr d'avoir trouver LA bonne place...

Et là, visiblement, ce pauvre chien est à la pire place possible.


Dog bless you 06/04/2010 16:44



En France, quelques SPA ont des clubs d'éducation comme ça, mais ce n'est malheureusement pas encore très répandu. Pour les dirigeants, éducateur = encore souvent "grosse brute". Le métier a
changé, mais pas son image...



anlo 15/03/2010 14:42


pauvre attila... peut-être que lui greffer des ailes ?


doc vetote 09/03/2010 22:03


Wahou, j'aime beaucoup vos anecdotes aussi!!! Vous en avez des cas corriaces et des clients deseperants!!!!
La solution dans ce cas là ce n'est pas plutot de conseiller une peluche ou un robot-chien?!


Dog bless you 10/03/2010 08:48


Et c'est que le début, vous avez pas encore tout lu ! J'ai longtemps hésité avant de créer ce blog, mais avec l'anonymat, on peut enfin raconter les trucs de fous qui nous arrivent !! Et oui, le
chien robot, c'est souvent une bonne solution !


Oriya Duseul 02/03/2010 11:48


Terrible histoire que celle d'Atilla, le dévastateur...de tapis.
Mais comme l'a dit, le célèbre roi en son temps : "là où je passe, la poussière trépasse"...enfin c'est quelque chose dans le genre ! (je crois qu'il parlait de son cheval et de l'herbe qui ne
repousse plus après son passage dans les plaines conquises).
Au plaisir de lire la suite...