Surprise !

Publié le par Dog bless you

L’histoire d’aujourd’hui remonte aux temps reculés où, comme beaucoup de jeunes éducateurs canins, je gagnais surtout ma vie en promenant des chiens. Le jeudi, c’était Gipsy, une petite bouledogue français très vive que j’aimais bien. Tous les jeudi, donc, je débarquais chez son maître à 7h du matin, avant qu’il ne parte au boulot. Cela faisait déjà plusieurs mois qu’on avait notre rendez-vous hebdomadaire. C’était devenu une routine. Je connaissais bien la chienne, mais j’entrevoyais à peine son maître, qui se contentait de me tendre la laisse en adressant à Gipsy un jovial « Bonne promenade ! Amuse-toi bien ! ». Un jour… je me souviens, c’était en hiver. Il y avait un peu de neige dans le grand jardin de M. S…, un avocat richissime, collectionneur d’œuvres d’art modernes.

 

Un jour, donc, je pousse le portail du jardin, je me fraye un chemin entre les sculptures (ou plutôt les aggloméras de clous et de boulons vaguement bombés en argent et or, mais qui devaient valoir très cher), et je sonne à la porte. J’attends une minute. Personne ? Etonnant. M. S… était ravi que je sorte sa Gipsy, sa « fille », comme il disait, et il n’aurait pas voulu que sa petite chérie rate ce rendez-vous avec ses copains. Je patiente…

Ca y est, j’entends les griffes de Gipsy qui s’affolent sur le superbe parquet ciré, mais je ne perçois pas le claquement caractéristique des chaussures de ville de M. S… On tourne la clé dans la serrure, et la poignée s’abaisse. Gipsy force le passage et m’accueille en bondissant. La lourde porte finit de s’ouvrir dans un grincement. Je revois encore la scène au ralenti… Derrière la porte, M. S… est bien là, comme d’habitude. Comme d’habitude, il me tend la laisse. Comme d’habitude, il me regarde à peine. Mais cette fois, derrière sa main potelée, derrière sa laisse, j’aperçois comme dans un cauchemar une masse blanchâtre et molle. Je ne rêve pas, c’est M. S…, tout nu. J’ai presque le réflexe de regarder si moi, je suis habillée (vous savez, comme dans ces cauchemars où on a oublié de mettre ses vêtements avant de sortir). Je force mon regard à rester au-dessus de la ceinture, mais (maudite vision périphérique !) j’aperçois quand même, camouflé derrière son imposante et flasque bedaine, son bout de machin dépassant à peine sous les bourrelets. Vision d’horreur qui restera longtemps gravée ! Tâchant de garder mon imperturbable professionnalisme, j’attrape la laisse, et je l’entends lancer son habituel « Bonne promenade ! Amuse-toi bien ! ». Puis il referme la porte en marmonnant « Allez, il fait pas chaud, je rentre ». Et je reste là, la laisse pendouillant dans ma main, presque aussi flasque que son bout de machin…

 

Ne voyez pas là la moindre perversion de sa part. Loin de lui l’idée de me choquer, de me faire une blague ou de me draguer. Non, non ! Au fil des semaines, j’étais devenue transparente, invisible. Un meuble, un buisson, le truc qui promène sa petite fille chérie. Les semaines suivantes, tout était rentré dans l’ordre. Il ne semblait même pas se souvenir de la scène.

 

Je comprends maintenant les bonnes et autres domestiques, qui doivent en voir de belles (ou de moches)…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soledad 24/03/2010 22:43


Ce sont certainement des circonstances comme celle-ci qui forgent la capacité de rester de marbre quelque soit la situation...Bravo !


Dog bless you 25/03/2010 08:24


Exact ! Faire comme si tout était normal, garder son calme en toutes circonstances (avec les maîtres et avec les chiens), ce sont des qualités essentiels pour un éducateur, qui s'acquièrent au fil
des années...


A.L 22/03/2010 11:33


Dans certains cas, il vaut mieux être transparent...
ça évite le moment où, le temps suspendu, on se dit "oups, là, il y a malaise", et de se retrouver face à l'embarras de la personne en face...


Ludivine 21/03/2010 12:42


Oh le choc , et surtout l'inertie dans sa réaction , je crois que c'est ça au final qui m'aurais le plus choqué aussi !
Courage !


Oriya Duseul 19/03/2010 14:43


Heu, il y a un module "Gestion des risques psychologiques & Sécurité " dans la formation pour devenir Éducateur -Canin ?

Parce que il faut savoir rester accrocher (à la laisse)...